Full Fathom Five

je sors épuisée du sommeil, j’entre dans le jour sans lumière. à l’intérieur d’un café un peu bruyant, les mains serrées autour d’une tasse en styrofoam, je dis à K: I’m in a dark place right now. son visage s’affole, je dis: no, no, I have to be in a dark place right now. à vingt ans je me débattais de toute force, aujourd’hui j’admets la nécessité des faiblesses. je le sais du fond de moi-même: c’est un mal nécessaire, un mal insidieux qui mène aux décisions. il faut sombrer pour survenir, dans l’eau de la tempête Shakespeare le dit les os des aimés formeront des coraux:

Full fathom five thy father lies;
Of his bones are coral made;
Those are pearls that were his eyes:
Nothing of him that doth fade,
But doth suffer a sea-change
Into something rich and strange.

(The Tempest, Acte 1, Scène 2, la chanson d’Ariel)

image: Full Fathom Five, de Jackson Pollock, 1947